Plogging ou comment courir et rendre sa ville plus propre

Vous avez certainement déjà entendu parlé du plogging, cette tendance venue de Suède où l’on court tout en ramassant les déchets. Depuis peu je m’y suis mise grâce au groupe Run Eco Team Montréal, mené par James Guilbaud, et j’ai envie aujourd’hui de vous en parler.

Le plogging pour partager un bon moment, se dépenser et sensibiliser

Comme vous le savez, courir fait partie intégrante de ma vie. Il y a encore 2 mois, je courais 3 fois par semaine. Je faisais également de façon ponctuelle du bénévolat pour le restaurant Robin des Bois.
Avec la reprise du boulot, j’ai moins de temps pour la course à pied et pour donner de mon temps aux autres.

Lorsque j’ai entendu parler de cette initiative sur Montréal, cela me paraissait évident d’y participer. C’est une manière pour moi de faire du sport et de partager ma passion tout en me rendant utile.

Mais c’est avant tout pour moi, une occasion de sensibiliser les gens qui m’entourent ou qui me suivent sur les médias sociaux.

Le principe

On se donne RDV dans un parc. On se sépare en 2 groupes : les coureurs et les marcheurs, car oui, il est possible de ramasser des déchets tout en marchant.

Ensuite on se scinde à nouveau en 2 où chaque groupe prend un trottoir.

Le but c’est de ramasser les détritus au sol. Quand vous avez de la chance, votre parcours peut ressembler à une balade. Mais quand vous n’avez pas de chance, cette sortie devient un mélange de squat et de fractionné.

Une fois fini, on pèse l’ensemble des déchets récoltés puis on trie.

Lors de ma première participation : nous avions ramassé 37kg de déchets sur plus de 6km. Et à la deuxième et 3ème édition ; 19,3kg sur plus de 8km.

Pour l’heure je ne suis pas capable de vous dire s’il y a une prise de conscience de la part des Montréalais ou des touristes. Les deux premières éditions ont eu lieu lorsque la neige avait fondu, révélant à la surface les déchets au sol. En ce moment, avec l’été il y a pas mal de festivités prévues sur l’île, les camions de poubelles passent plus souvent, nous donnant alors l’impression que les personnes sont devenues plus responsable.

Un mot sur Run Eco Team

A l’origine de ce mouvement : Nicolas Lemonnier. Cet ostéopathe nantais avait à l’origine créé un petit groupe de joggeurs sur le principe 1 run = 1 déchet. Il les incitait ainsi à agir pour l’environnement de façon ludique et de poster sur le groupe Facebook Run Eco Team les déchets récoltés après chaque course à pied.

Cette initiative a été saluée par Mark Zuckerberg au point qu’il l’avait relayée sur sa propre page Facebook.

Le succès est tel qu’il existe aujourd’hui des groupes Run Eco Team dans plusieurs villes dans le monde dont à Montréal où James est l’ambassadeur.

Depuis, il existe aussi une application Run Eco Team qui permet de suivre le nombre de déchets recyclés.

Leave a Reply