Le Semi-Marathon de Paris : I am a finisher !

Semi-marathon-paris-2015-nath-and-you copie

Comme vous le savez, il y a trois mois je me suis lancée le défi de participer au Semi-Marathon de Paris en portant notamment les couleurs de l’Institut Pasteur. Eh bien, c’était ce dimanche et j’ai souhaité partager avec vous cette journée que je n’oublierai jamais. Retour sur ce challenge sportif et solidaire.

Après trois mois d’entraînements et un régime alimentaire à base de féculents durant les jours qui ont précédé la compétition, le jour J était enfin arrivé. J’avais préparé mes affaires la veille afin de ne as être prise au dépourvu et éviter tout risque de stress.

équipements-nike-semi-marathon-paris-nath-and-you

Je me suis levée à 7h15 afin de prendre un petit déjeuner léger mais riche en sucres lents pour un départ à 11h25. Au cas où vous l’ignoriez, il faut minimum 3h d’écart entre le dernier repas et le début d’une course, le temps que votre estomac digère tranquillement.

Arrivée sur les lieux, j’ai juste eu le temps d’attacher mon dossard avant de rejoindre le SAS ROSE (objectif 2h10 et plus).

Il y avait un monde fou et une ambiance festive. On enchaînait les cris de joie et de motivation tout en s’échauffant. Et pour ne rien gâcher, il faisait un temps magnifique, le printemps semblait déjà pointé le bout de son nez.

Sas-rose-semi-marathon-paris-2015-nath-and-you copie

Puis vint le départ où nous étions tous coudes à coudes. Je me suis rappelée avoir lu qu’il fallait écarter un peu les bras pour montrer son espace et éviter tout empiétement. J’ai ensuite activé mon application Endomondo dès que je pensais avoir franchi la ligne de départ.

Au début, c’était difficile de courir à une allure qui me semblait correcte puisqu’il fallait attendre que chacun prenne ses marques. C’est lorsque cela s’est désengorgé que j’ai enfin trouvé mon rythme de croisière.

Je n’avais pas prévu de m’arrêter au 1er ravitaillement situé entre le 5ème et 6ème kilomètres. Mais avec cette chaleur, j’ai préféré prendre mes précautions et attraper une bouteille d’eau pour commencer à m’hydrater. D’ailleurs, j’admire les gens qui arrivent à boire et courir en même temps. A la première gorgée, j’ai cru que j’allais m’étouffer ! J’ai donc pris le parti de m’arrêter sur le côté quand je souhaitais me désaltérer.

Les 13 premiers kilomètres se sont réalisés assez facilement. Je n’étais pas du tout épuisée. Je me sentais bien. Puis cela s’est compliqué entre le 13ème et 14ème kilomètre car il y avait une petite montée à parcourir et c’est là que j’ai commencé à avoir les jambes lourdes. Malgré cela, j’ai continué à courir et me suis arrêtée au 3ème ravitaillement pour prendre une nouvelle bouteille d’eau. Sauf que pour repartir ce fut compliqué. En effet, sur les deux premiers j’avais pu esquiver les peaux de bananes et d’oranges, mais sur ce dernier, j’ai failli me casser la figure. Cela aurait été bête de me blesser à 5 kms de la fin ! J’ai donc marché jusqu’à ce que la voie soit libre pour pouvoir courir à nouveau. Ensuite, au 17ème kilomètre, j’ai commencé à vraiment faiblir et quand j’ai vu la montée qui m’attendait, j’ai préféré la faire en marchant afin de garder les quelques forces qu’il me restait pour les derniers kilomètres. Je me motivais en faisant le décompte et me rappelant ce pour quoi et pour qui je courais. Puis j’ai vu 4 photographes prêts à mitrailler, et là je me suis dit « dégaine ton plus beau sourire et montre que tu es happy », ce qui n’était pas faux car j’étais heureuse d’être là et en plus je voyais le bout de la course !

Enfin, après 2h29’54 » de course, j’ai franchi la ligne d’arrivée !!! J’ai réalisé de meilleures performances qu’aux entraînements selon Endomondo. Cependant, d’après les résultats officiels j’ai réalisé le Semi-Marathon en 2h34’25 » et décroché la 32 916 ème place. Il y a quand même 4 minutes d’écart que je ne saurai expliquer. Mais c’est vrai que dès le 1er km parcouru j’ai compris que j’avais un décalage entre mon application et les panneaux informant sur les kilomètres réalisés… Mais au final, ce n’est pas grave, ce n’est qu’un détail. L’essentiel c’est de l’avoir fini : I am a finisher !

I-am-a-finisger-semi-marathon-paris-nath-and-you

Pour information, nous étions plus de 43 000 inscrits, 35 314 participants et 34 879 à avoir franchi la ligne d’arrivée.

J’ai été récompensée par une jolie médaille et un diplôme que je garderai précieusement en souvenir de mon premier Semi-Marathon.

Diplome-semi-marathon-paris-2015-Nath-and-you

Pour être très honnête avec vous, j’étais un peu stressée. J’angoissais à l’idée de ne pas finir l’épreuve. Mais, je savais au fond de moi que j’allais la faire jusqu’au bout, déjà rien que pour ma fierté personnelle, puis pour l’Institut Pasteur et pour toutes les personnes qui m’ont encouragée et qui ont soutenu l’association ! D’ailleurs, la Fondation a récolté plus de 40 000 euros grâce aux 70 personnes qui, comme moi, ont accepté de relever le défi solidaire et sportif ! Bref, je suis fière d’avoir participé au Semi-Marathon de Paris et vivement la prochaine course !

Leave a Reply