Post-accouchement : ce que je ne savais pas

Depuis 7 mois, je suis l’heureuse maman d’un petit Baby Panda. Les mois qui ont suivi l’accouchement, n’ont pas été évidents d’un point de vue physique et émotionnel. Aujourd’hui, je dispose d’un peu de recul depuis sa naissance surtout grâce à la reprise du boulot qui m’a permis de relativiser sur ce qu’il s’est passé et d’en sourire.

Je reconnais que j’ai beaucoup travaillé lorsque j’étais enceinte. Je cumulais les journées à rallonge. Je n’avais qu’une hâte chaque soir, c’était de retrouver mon lit. J’ai donc pris peu de temps pour nous et ce malgré les séances d’haptonomie – si je pouvais revenir en arrière j’agirais autrement ! Ce que je regrette également, c’est de ne m’être peut-être pas assez renseignée sur le post accouchement en lisant des articles ou tout simplement en interrogeant mes amies déjà mamans.

En effet, quand je suis sortie du bloc et que j’ai rejoint ma fille dans notre chambre je pensais que le plus dur était derrière moi. Que nenni !

Le séjour à la maternité 

Alors que je venais de subir une « opération » quelques heures plus tôt, le soir même, je me levais pour m’occuper d’elle, la changer, la nourrir… C’était ma première nuit blanche en tant que jeune maman et pas la dernière bien sûr. Je suis restée 1 semaine à la maternité et entre les biberons, les couches, les passages du personnel médical, les plateaux repas, le ménage, les visites de la famille et amis, je n’avais aucun répit, sans compter les pleurs de Baby Panda entre minuit et 4h du matin, j’étais ÉPUISÉE!

Les lochies et le retour de couches

Ce qui est bien pendant la grossesse, c’est que tu n’as plus de règles. Mais ça ne dure que quelques mois. Comme toutes les mamans après l’accouchement, je saignais. Bien que l’accouchement soit un processus naturel, c’est traumatisant pour le corps. L’utérus doit cicatriser et il faut expulser tous les résidus de grossesse. Me voilà donc avec des serviettes épaisses genre XXL me faisant marcher comme un canard ! Paye ton glamour et encore je ne parle pas des filets de pêche qu’on te fournit pour ne pas salir tes belles culottes, ni du retour de couches version chutes du Niagara.

Les montées de lait

Bizarrement, alors que seul mon bidou s’est mis à grossir durant la grossesse si vous voyez ce que je veux dire, d’un coup et je dis bien d’un coup, mes citrons se sont transformés en pomelos. C’était le signe de la montée de lait !! Sauf que je n’avais pas prévu d’allaiter… mais mon corps il s’en moquait de savoir ce que je voulais ou pas. Bah oui quelle importance ?! Quant à la question « t’as pas prévu d’homéopathie ? » (parce qu’on ne donne plus de comprimés pour bloquer les montées de lait à cause des risques cardiovasculaires, neurologiques et psychiatriques). Eh bien non. En même temps, ce n’était pas prévu que j’accouche à ce moment-là…. La sage femme m’a expliqué que pour l’homéopathie, c’était trop tard et m’a conseillé de les presser (bah oui comme des citrons) sous l’eau chaude, mais je vous avoue que cette solution me branchait guère, ou bien de porter des brassières de sport 24h/24 et 7j/7 le temps que ça se calme. Quelle chance, j’en avais ! J’ai dû ainsi attendre patiemment que ça passe soit plusieurs semaines et acheter entre temps des coussins d’allaitement. Je ne savais même pas que cela existait. J’ai découvert leur existence un soir où j’ai cru bon d’arrêter de porter ces soutien-gorges de sport quand j’ai vu mes pomelos redevenir des citrons. Grosse erreur de ma part. Je vous épargne les détails. Mais sachez que j’en ai pleuré 🙁

L’alopécie post-partum

Kezako ? Alors il parait que lorsqu’on attend un bébé, on a de supers cheveux tout beaux tout brillants et qu’on arrête de les perdre grâce à l’augmentation massive d’œstrogènes. Personnellement, je n’ai pas connu ça. Ma brosse vous le confirmera. En revanche, après l’accouchement la chute de cheveux par paquet (due à la baisse de concentrations de ces hormones)  oui ! J’ai bien cru que j’allais devenir chauve. Heureusement que cette période ne dure qu’un temps. Depuis, ils ont repoussé et quand je les attache, on voit plein de petits cheveux en pic…

La transformation du corps

Durant la grossesse notre corps change. Le ventre grossit au fur et à mesure que le fœtus se développe et le périnée en prend un coup. Pour ma part, le mien a été un peu épargné. 2 séances et quelques exercices à la maison ont suffit pour le retonifier. Quant au bidou, contrairement à ce que je pensais, ce n’est pas parce qu’on accouche qu’on retrouve son ventre d’avant grossesse. D’ailleurs, on aurait dit que j’étais encore enceinte sauf que quand j’appuyais dessus mon doigt s’enfonçait ! Il a fallu du temps pour que l’utérus reprenne sa forme initiale et que mes abdominaux se remettent en place. J’en profite pour remercier ma kiné pour la rééducation abdominale. Je compte désormais sur ma reprise du running pour retrouver un ventre presque plat et raffermir mes jambonneaux.

Puis lorsque j’étais enceinte, j’ai vu apparaître cette fameuse ligne brune et des poils qui se hérissaient pour me faire « coucou on est là » ! Vive les maillots de bain de grossesse qui cache ce duvet que je ne saurais voir. Depuis l’accouchement, cette ligne disgracieuse s’est estompée mais persiste toujours. Je garde espoir de la voir disparaître d’ici cet été.

Enfin, moi qui ne m’étais jamais faite opérer auparavant, je me retrouve aujourd’hui avec une belle cicatrice, mais elle me rappelle tous les jours que j’ai donné naissance à notre adorable Baby Panda, alors qu’en France 1 couple sur 5 est touché par l’infertilité.

Je relativise donc sur tout ce qui m’est arrivé durant ces quelques mois. En plus, j’ai réalisé que ces événements post-accouchement, aussi rudes qu’ils ont pu me paraître, ne me sont pas propres. Au contraire, presque toutes les mères sont passées par là. Avec le recul, parce que tout ça est derrière moi, j’en souris ! Toutefois, au delà de l’épreuve physique, être maman n’est pas inné et peut créer un choc émotionnel. Mais ce sujet fera l’objet d’un prochain billet, histoire de ne pas vous perdre en cours de route 🙂

3 Comments on Post-accouchement : ce que je ne savais pas

  1. Seng
    9 mars 2017 at 10 h 16 min (5 mois ago)

    Coucou Nath et merci ! La date fatidique approche et c’est très utile de lire ce post 🙂
    J’ai la question pour une éventuelle césarienne je lis beaucoup que maintenant c’est plus « propre » est-ce qu’effectivement la cicatrice a des chances de s’estomper visuellement par la suite?
    Et pour le lait ce n’était pas possible d’utiliser un tire-lait?
    Merci bisous !!

    Répondre
  2. Samantha
    10 mars 2017 at 22 h 52 min (5 mois ago)

    J’ai accouché il y a deux mois et je me retrouve dans ce que tu décris!! C’est pas simple de vivre tous ces changements avec la chute d’hormones, la fatigue+++. Moi j’ai surtout du mal avec mon corps… il ne me reste que 5 kg à perdre mais j’ai du mal quand je vois mon ventre dans le miroir…

    Répondre
    • Nath_and_you
      14 mars 2017 at 12 h 14 min (4 mois ago)

      Bonjour Samantha,

      Moi aussi j’ai eu du mal au début.
      Je n’avais pris que 10kg et je pensais qu’en accouchant j’allais en perdre 7. En rentrant à la maison, je me suis pesée et j’ai vu que je n’en avais perdu que 5…
      Si cela peut te rassurer j’ai gardé mon bidou pendant 4 mois environ. Puis avec le temps et la rééducation abdominale, mon bidou est redevenu « normal »
      Après je ne sais pas si tu as une césarienne, je trouvais au début ma cicatrice très moche (bien que beaucoup de professionnels me disaient qu’elle était jolie). Aujourd’hui, je ne peux pas dire que je la trouve belle, mais je m’y suis faite. Et comme je le disais dans mon article, elle me rappelle que j’ai donné vie à un adorable petit bébé <3.
      Alors courage ! Tu verras, dans quelques mois ce ne seront que de lointains souvenirs.

      Répondre

Leave a Reply